Serge Bourgeois :
"La Bienfaisance aide les Français de Catalogne depuis 175 ans"

Serge Bourgeois, 71 ans, est le président de la Société générale Française de Bienfaisance de Barcelone. Fondée en 1845, l’association offre une aide à la fois financière et psychologique aux Français de Catalogne dans le besoin. Depuis 10 ans, Serge Bourgeois s’implique auprès de la communauté française de Barcelone. Rencontre.

Pouvez-vous revenir en quelques mots sur l’histoire de la Bienfaisance de Barcelone ?

L’association a été créée en 1845 dans une période particulière. Trois ans auparavant, la ville est bombardée et en 1843, elle est assiégée. À l’époque, le Consul de France était Ferdinand de Lesseps. Il est intervenu pour faire arrêter les bombardements et négocier. Il a fait évacuer une grande partie de la population française sur des bateaux français amarrés dans le port de Barcelone. Il avait également largement aidé la population barcelonaise. La cité comtale lui a rendu hommage en nommant une place à son nom. Après ces événements, beaucoup de Français ont commencé à vivre à Barcelone. Parmi eux, une quarantaine de nantis, industriels et commerçants, se sont réunis avec le Consul et ont fondé une association pour venir en aide aux Français de Barcelone les plus démunis. Au début, cette quarantaine de familles françaises cotisées chacune pour faire fonctionner l’association. Ensuite, la Bienfaisance a perçu d’autres dotations qui constituent un capital immobilier très développé et permettent d’apporter des aides économiques aux Français de Barcelone. Le 31 août 2020, l’association célébrait déjà ses 175 ans.

Combien de personnes travaillent pour cette association ?

Au total, une personne travaille à plein temps et deux autres à temps partiel pour s’occuper de l’administration et du coaching vis-à-vis des Français. Ensuite, nous travaillons avec des volontaires qui visitent les bénéficiaires de nos aides pour développer les relations sociales créées par la Bienfaisance.

Pour lire l’interview dans son intégralité, suivez ce lien

Source : interview issue du site d’information Equinox